Dossiers > Accueil

Communauté

Devenir membre

Comment utiliser les auteurs ?


Sommaire


Le problème de l’utilisation des auteurs est un peu de la même nature que celui que nous avons abordé avec les notions. Car bien connaître la pensée de Hegel, Descartes ou Kant (et les autres…) est certes précieux, mais ne suffit pas. Si c’était le cas, vous n’auriez pas de cours de philosophie au sens où on la pratique en France, mais " de l’histoire des idées ", c’est-à-dire, un simple contenu historique de pensées.

Encore une fois, dans la mesure où l’on cherche à favoriser l’activité intellectuelle ainsi que l’autonomie, il est important de savoir distinguer " penser avec un auteur " et " le laisser penser à ma place ". C’est d’autant plus vrai dans un commentaire de texte où le fameux " intérêt philosophique " qui pose tant de difficultés aux candidats ne peut être identifié si on ne se met pas soi-même à réfléchir au contenu pour en saisir les enjeux, les présupposés, les conditions, la finalité, les limites éventuelles...

Alors comment utiliser les références philosophiques (éléments de doctrines, citations, définitions, etc) ?

Voici la règle d’or : dans de justes proportions, en les commentant/en les exploitant, seulement si on les a comprises, à condition qu’elles soient appropriées, le plus précisément possible.

Dans de justes proportions

Une citation ou l’examen d’une doctrine ne doit pas se substituer à votre propre analyse du sujet. Si vous présentez sur plus d’une page, dans un devoir qui en fait quatre, la pensée de quelqu’un d’autre sans au moins reprendre régulièrement " la parole ", il y a de fortes chances pour que vous donniez au correcteur le sentiment de ne pas vouloir réfléchir par vous-mêmes à la question en vous réfugiant dans du prêt-à-penser.